Tanzanie: visite du roi Mohammed VI au rythme du rapprochement diplomatique et économique

tanzDans le sillage de la visite officielle entamée  dimanche en Tanzanie par le roi Mohammed VI du Maroc, les deux pays ont annoncé lundi la signature d’une vingtaine d’accords bilatéraux couvrant de nombreux domaines tels que le transport aérien, le tourisme, les infrastructures et l’énergie.

La signature de ces accords de coopération  économique s’inscrit dans la droite ligne du rapprochement politique et diplomatique initié par la visite du souverain marocain. Le Maroc depuis maintenant quelques années, tend à resserrer ses liens tant politiques qu’économiques avec ses partenaires africains. Une orientation stratégique qui passe, entre autres, par la signature de contrats bilatéraux avec de nombreux pays du Continent qui partagent les mêmes objectifs que le royaume en termes de développements.

Dans ce sens, le Maroc a conclu une série d’accords économiques et commerciaux la semaine passée avec le Rwanda, pays qui a été la première étape de la tournée du souverain marocain en Afrique de l’Est, et qui doit s’achever par une visite en Ethiopie.

Pour de nombreux observateurs, à travers cette stratégie, le Maroc vise à donner plus de souplesse à ses relations extérieures, marquée par une proximité traditionnelle avec les pays occidentaux, et plus particulièrement l’Europe. Le Royaume chérifien inscrit son nouveau déploiement africain dans un objectif stratégique, notamment en termes de partenariats sud-sud qui sont au coeur de la politique africaine du Maroc prônée par Mohammed VI.

Ce constat est d’autant plus vrai qu’actuellement de plus en plus de grandes sociétés marocaines tendent à diversifier leurs investissements en Afrique Subsaharienne, particulièrement dans les secteurs des  télécommunications, les banques, l’agriculture, le BTP, etc.

Par ailleurs, la visite du roi Mohammed VI en Tanzanie, a été l’occasion pour le gouvernement tanzanien de réaffirmer, par la voix de son ministre des Affaires Etrangères Augustina Mahiga, son ferme soutien à la décision du Maroc de réintégrer l’Union Africaine (UA). Le royaume a en effet officiellement déposé sa demande de retourner au sein de l’institution panafricaine, 32 ans après avoir quitté l’OUA dans le sillage de l’admission de la république du Sahara auto-proclamée par le mouvement séparatiste du Polisario soutenu par l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.