Gabon : Perspectives prometteuses pour le manganèse

A l’horizon 2012, la production de manganèse du Gabon devrait atteindre les 5,3 millions de tonnes. Cela sera possible grâce aux activités à Ndjolé dans la province du Moyen-Ogoué d’un nouvel opérateur, la Compagnie Industrielle et Commerciale des Mines Huazhou (CICMHZ), lesquelles débuteront à partir de juillet prochain.

Une situation contraignante pour la Compagnie Minière de l’Ogoué (COMILOG). En effet, celle-ci monopolisait le marché du manganèse depuis près de 50 ans. Et, en 2010, la production du minerai s’arrêtait à 3,2 millions de tonnes. L’entrée en jeu de la CICMHZ, bien qu’elle aura lieu au deuxième semestre de l’année, va amener 500 000 tonnes de manganèse de plus à la production nationale, selon les prévisions. Mais, selon les accords signés entre le président gabonais, Ali Bongo Odimba, et les responsables de la CICMHZ, l’exploitation de la mine de M’Bembelé (36 Km de N’djolé) produira en moyenne, 1,04 million de tonnes. Ce, pendant 25 ans, à l’exception des deux premières années de lancement (800 à 900 000 tonnes). Après quoi interviendra le démontage de l’industrie et le réaménagement du site. Soit un total de 3 décennies de contrat pour la CICMHZ.

En outre, dès qu’elle commencera ses opérations, la CICMHZ compte engager 340 personnes. 75 % de celles-ci seront des gabonais, soit 255 employés. Le reste, constitué de 85 employés (25 %), sera de nationalité chinoise. Ce qui confirme encore le secteur des mines peut aider le Gabon à marquer des pas de géant dans sa course vers le développement. A cause du manganèse en particulier,  dont le Gabon possède 27 % des réserves mondiales, ce pays a pu construire, dans les années 70, son premier tronçon ferré destiné exclusivement au transport des marchandises. Aujourd’hui encore, avec la réduction du chômage, le minerai reste un facteur de développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.