Trois  raffineries nigérianes ont repris la production

raf-nigeriaTrois des quatre raffineries du Nigeria, qui ont cessé de fonctionner depuis plusieurs années, ont repris leur production et atteignent aujourd’hui 60 à 80% de leurs capacités, a annoncé ce mercredi, la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC).

La compagnie pétrolière d’Etat NNPC a précisé  dans un communiqué, que les raffineries des villes de Port Harcourt et Warri (sud) ont commencé la production préliminaire de produits pétroliers après des essais d’exploitation.

Alors que les deux raffineries de Port Harcourt ont intensifié leur exploitation à environ 60% de leur capacité de production de 210.000 barils par jour (bpj), celle de Warri prévoit d’atteindre 80% de sa capacité estimée à 125.000 barils par jour, ajoute le communiqué.

La NNPC précise que la réhabilitation progressive de ces raffineries avait commencé depuis octobre dernier, ajoutant que la raffinerie de Kaduna (nord), dont la capacité de production est de 110.000 barils par jour, devrait entrer en service bientôt.

Les quatre raffineries du Nigeria ont une capacité de production combinée de 445.000 barils par jour.

Le Nigeria, premier producteur d’or noir d’Afrique, extrait deux millions de barils de brut par jour, mais faute de raffineries, doit les exporter et importe la quasi-totalité de sa consommation de carburant.

Pour maintenir un prix correct à la pompe, le pays  vend du carburant subventionné, et compense les montants élevés dépensés par les importateurs.

En janvier 2012, le gouvernement de l’ex-président M. Godluck  avait tenté de mettre fin au système de subventions, entraînant plus du doublement du prix de l’essence.

Le gouvernement avait finalement été contraint de rétablir les paiements après que de violentes manifestions, qui ont réuni des dizaines de milliers de personnes, avaient fait une dizaine de morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.