Algérie : Vers la révision du budget 2015

Face à la baisse des cours du baril de pétrole, le gouvernement algérien envisage de revoir son budget pour l’année 2015 en cours. Cette révision, d’après le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, devrait contribuer à limiter l’impact de la baisse des prix du pétrole qui lui rapporte plus de 95% de ses recettes.

Algérie

Lors d’une conférence à Alger, le premier ministre, a indiqué que la loi des finances complémentaire, sera constituée « des décisions et des mesures visant à assurer une meilleure maîtrise du commerce extérieur à travers la lutte contre la corruption et la fraude dans le financement des importations et à mettre fin à l’anarchie qui caractérise cette activité ». Ainsi, souligne M. Sellal, ces mesures inscrites dans la loi de finance complémentaires vont permettre aux autorités publiques de mieux maîtriser les importations.

Pour cette année 2015, la loi des finances prévoit des importations de 65 milliards de dollars. Une prévision « colossale » qui va pousser le gouvernement à puiser dans les réserves de change en raison de la baisse des cours du baril de pétrole. Surtout que le pays, est essentiellement dépendant des importations. En 10 ans, la facture des importations de l’Algérie a plus que triplé. Le pays achète à l’étranger principalement des biens d’équipements, des produits alimentaires et des médicaments

Le pays étant fortement dépendant des hydrocarbures, l’Algérie va voir son économie menacée par la chute du cours du baril de pétrole.

La loi des finances 2015, promulgué fin décembre, prévoit des recettes budgétaires de 46,846 milliards d’euros et des dépenses publiques de 88,581 milliards, soit un déficit budgétaire de 41,733 milliards d’euros) équivalent à 22,1% du produit intérieur brut (PIB).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.