Burkina : le gouvernement lance le processus pour le référendum

Le gouvernement burkinabé a mis fin à une année de suspens politique, en annonçant mardi l’adoption d’un projet de loi portant révision de la Constitution, qui devrait permettre au président Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat à l’élection de novembre 2015.

Blaise compaore-referendum
Le projet de loi sera soumis à l’Assemblée nationale en vue de la convocation d’un référendum, a annoncé le ministre de l’Administration territoriale et de la sécurité, Jérôme Bougouma, précisant que la date de la consultation référendaire sera fixée à l’issue du vote du parlement.

Actuellement, l’article 37 de la Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels. L’opposition refuse le référendum qui permettra à Blaise Compaoré, 63 ans, dont le deuxième quinquennat prendra fin en 2015, de se présenter une nouvelle fois au scrutin présidentiel de novembre prochain.

Farouche opposant à la tenue du référendum, Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso Autrement, assure que les adversaires de la consultation feront «tout pour faire échouer ce projet». Un rejet qualifié d’incompréhensible par Assimi Kouanda, le secrétaire exécutif national du parti du président, le CDP (Congrès pour la Démocratie et le Progrès). Pour Kouanda, « il n’y a pas de démocrate véritable qui rejette le référendum, parce que par définition, le référendum c’est appeler à consulter le peuple ».

Au parlement, le parti du président qui dispose de 70 députés, est quasiment assuré d’obtenir la majorité de 64 voix pour valider le recours au référendum.

Arrivé au pouvoir en 1987, le président Blaise Compaoré, a réussi progressivement à faire du Burkina Faso l’un des Etats les plus sécurisés de la région. Il est même devenu un personnage-clé de la diplomatie ouest-africaine. La médiation du président burkinabé dans la crise en Côte-d’Ivoire et, plus récemment, son rôle dans le rapprochement entre les protagonistes du conflit malien, lui ont valu la réputation de sage de la scène politique et diplomatique régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.