Publié Le : lun, Jan 24th, 2011

L’utilisation des OGM au Burkina-Faso : Un pari pour relancer le coton

Partager
Tags

Face à la contrainte constante de l’accroissement démographique, la production agricole mondiale doit, sans cesse augmenter afin de répondre, tant bien que mal, à divers besoins, notamment dans le secteur des textiles. Cet état de chose a favorisé la pratique des cultures génétiquement modifiées, lesquels gagnent, de plus en plus, l’Afrique de l’Ouest et, plus particulièrement, le Burkina-Faso.
Ce pays, le précurseur d’Afrique francophone dans la vulgarisation des cultures génétiquement modifiées, a commencé à exploiter cette biotechnologie depuis 2003, par le biais de la collaboration entre son Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) et les américains de la multinationale Mosanto, les autochtones fournissant les variétés locales et les étrangers, l’expertise génétique au travers de la maîtrise de la transgénèse. D’ailleurs, la firme américaine nourrit l’ambition d’étendre ses activités à d’autres cieux comme le Tchad ou le Sénégal.
Aujourd’hui, tous les espoirs de redynamisation de la filière cotonnière burkinabé repose sur les OGM. En effet, la production du coton est passée de 700 000 tonnes à 400 000 tonnes en l’espace de la dernière décennie. La Sofitex, leader des entreprises textiles burkinabés, estime que la modification génétique augmentera le rendement des cultures de 30 à 40 %. Raison pour laquelle les autorités burkinabés ont fixé la barre très haut : 550 000 tonnes pour la campagne cotonnière 2010-2011.
Bien que l’introduction des techniques transgénique dans l’agriculture burkinabé semble prometteuse, la question des impacts de cette révolution biologique reste en suspens. Pour les avis sceptiques, cela pourrait menacer la biodiversité du pays. Cette énigme liée au développement durable ne peut donc pas être négligé.

A propos de l'auteur

Displaying 5 Comments
Have Your Say
  1. bouyssou Sandra dit :

    Surtout ne pas s’aventurer sur ce chemin, regardez ce qui se passe en Inde où des milliers de cultivateurs se suicident faute de pouvoir acheter de nouvelles semences à Monsanto. Monsanto après les avoir rendus dépendants de leur semences génétiquement modifiées, les ont rendus totalement dépendants, et ceux-ci ne pouvant plus acheter les semences stériles, ne trouvent comme autre solution le suicide. Sans compter l’impact sur l’environnement….

  2. KRESSMANN dit :

    Sandra: ne vous faites pas de soucis pour les producteurs de coton du Burkina Fasso: ils gagnent très bien leur vie avec le coton Bt et ont su très bien utiliser les biotechnologies en faveur de variétés locales parfaitement maitrisées.Quant aux suicides des paysans indiens sachez que s’il se suicident, ce n’est pas à cause de l’achat de semences OGM. ( Leurs suicides est antérieur aux OGM).De même, en France, les paysans ont un des plus hauts taux de suicide et pourtant les OGM n’existent pas en France.Si vous voulez connaitre les raisons des suicides des paysans indiens, allez sur le site de l’AFBV: http://www.biotechnologies-vegetales.com

  3. JI dit :

    Triste quoi qu’ils soient, les suicides en Inde ont des raisons complexes – il y en avait beaucoup avant des semences du coton transgénique et dès lors il n’y a pas une corrélation entre le coton OGM et les suicides – voyez l’article dans une revue scientifique prestigieux: http://www.nature.com/nbt/journal/v27/n1/full/nbt0109-9.html. Pour les opinions divergentes il y a des anecdotes mais rien significatif qui pourrait valider le lien (plein d’autres raisons pour lesquelles les pauvres paysons se tuent… Malheureusement!)

  4. planet dit :

    Hélas, trois fois hélas. Les OGM gagnent l’Afrique et le Burkina Faso s’en fait le cheval de Troie…Je suis bien triste à cet égard, triste de voir un pays du Sud s’engouffrer aussi rapidement et avec autant d’enthousiasme sur les « OGM ». Car si on connaît déjà les effets néfastes sur la biodiversité, sur les petits producteurs, sur la préservation des cultures et variétés locales, on sait aussi désormais que les rendements incroyables fournis par les semences OGM ne sont qu’un miracle éphémère, et les agriculteurs américains en font déjà les frais : voir l’article récent du journal Le Monde…
    http://lecturdyves.viabloga.com/news/la-mauvaise-graine-de-monsanto

    (article réservé aux abonnés sur le site lemonde.fr mais accessible sur ce blog)

    • karg dit :

      @Planet: bien sûr les noirs n’ont pas le droit d’utiliser la technologie qui enrichie les fermer US et Sud Américain, ce ne sont que des sous hommes qui ne sont pas rentré dans l’histoire et qui refusent le changement. J’ai bon?

      Mauvais rendement au USA? pathétique, regardez les chiffres, depuis l’introduction des OGM les rendements dévissent en Europe et progresse là bas.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>