Nigéria : Encore une menace de grève qui couve…

Le secteur pétrolier au Nigéria a du mal à se  calmer. Après les grèves de certains syndicats au mois de janvier dernier, d’autres sont prêts à récidiver. En clair, les adhérents de l’Union Nationale des Travailleurs du Pétrole et du Gaz (NUPENG) menacent  d’arrêter leurs activités professionnelles dès ce mercredi 14 mars. Ils exigent que le gouvernement fédéral applique un accord de remboursement des prêts bancaires contractés par certains de leurs membres et, particulièrement, ceux du Jetty and Petroleum Tank Farm Owners of Nigeria (JEPTFON).  Ce sous-groupe du NUPENG rassemble les chauffeurs de camions-citernes. Ces derniers avaient d’antan contractés des prêts auprès de certains établissements financiers. Ce, afin de satisfaire la demande d’importation des produits pétroliers. A présent, les banques exigent un remboursement immédiat alors qu’une partie de l’accord accorderait un délai de 15 ans pour ce faire. Ainsi, la colère du NUPENG est attisée par l’indifférence du gouvernement devant la situation de certains membres du JEPTFON, menacés de poursuites par les banques. Ce qui est certain, si les menaces de ce regroupement deviennent réalité, le Nigéria plongera à nouveau dans une pénurie.

En effet, ce sont les chauffeurs des camions-citernes qui approvisionnent tout le pays en carburant. Le gouvernement aura donc du mal en trouver des solutions provisoires. La fois dernière, quand les mouvements de grève se sont développés en raison de la hausse des prix des produits pétroliers, les autorités nigérianes n’ont eu d’autre choix que d’abdiquer. En sera-t-il de même cette fois-ci ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.