Sénégal : Harmoniser les textes sur l’exploitation des mines et des carrières

« Les mines et les carrières feront désormais l’objet d’une gestion harmonisée entre les ministères en charge de l’environnement et des mines » a martelé, mercredi dernier à Dakar, le Directeur de l’Environnement et des Etablissements Classés, M. Cheikh Ndiaye Sylla. Ce haut responsable sénégalais avait convoqué la presse suite à l’éclatement d’une affaire de fausse autorisation d’exploitation de carrières. La nature déteste le vide, dit-on.

C’est ce qui se passe au Sénégal concernant l’exploitation des carrières et surtout sa législation. C’est pourquoi, «  le gouvernement sénégalais, dans le cadre de sa politique de gestion des espaces classés et l’exploitation de sable, a décidé de s’orienter vers une harmonisation des différents codes et textes régissant l’exploitation des mines et des carrières dans le pays », a déclaré M. Ndiaye Silla.  Pour cause, tout récemment, les autorités compétentes ont procédé à la fermeture  de deux carrières d’extraction de sable marin sur la bande des filaos à Dakar.

Ces sites étaient la propriété de deux promoteurs immobiliers, qui les exploitaient depuis 2005 sans aucune autorisation légale, vu l’opacité des textes à ce sujet. Mais, finalement, le service des Eaux et Forêts s’est saisi de l’affaire et y a mis fin. Malgré cette mesure, l’Etat sort quand même perdant de six ans d’impôts impayés. Ce qui explique la diligence de sa réaction. Une commission technique a été mise sur pied pour élaborer la nouvelle législation harmonisée : elle compte, dans ses rangs, des services des Ministères des Finances, du Transport Terrestre, des Eaux et Forêts et, bien entendu, des Mines. Vaut mieux tard que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.