Niger : La Chine met la main sur le pétrole

« Le Niger fera bientôt son entrée dans le cercle des pays producteurs de pétrole, avec le ferme espoir qu’il constitue le point d’entrée du pays dans la phase de son départ industriel, et de son indépendance énergétique », déclarait samedi dernier  à Niamey le ministre nigérien de l’Energie et du Pétrole, Foumakoye Gado, en marge de la signature de deux conventions avec la Chine, représentée par son ambassadeur , Xia Huang, portant sur l’approvisionnement en pétrole brut et la commercialisation des produits pétroliers entre la Société Nigérienne des Produits Pétroliers (SONIDEP) et la Société de Raffinage de Zinder (SORAZ). Tandis que la production au niveau de la SONIDEP a débuté depuis fin septembre, il faudra attendre jusqu’en décembre pour avoir les premières gouttes de pétrole traité par son partenaire, la SORAZ. Car, l’acheminement de l’or noir entre les deux sites se fera en deux mois, d’après une information lâchée par le ministre nigérien. Tout enthousiaste, celui-ci ne s’est pas réservé de dévoiler les retombées économiques de cette nouvelle collaboration : « les premières estimations permettront d’annoncer une baisse significative des prix à la pompe de l’essence, du gasoil et du butane ». Bien que les détails de ces conventions n’aient pas encore été communiqués, celles-ci contribueront certainement à crédibiliser le gouvernement du président Issoufou, élu en début d’année. Arrivé aux affaires, il avait innové en créant un ministère du Pétrole. Et voilà que le pays s’apprête à rejoindre les producteurs africains de l’or noir. Un argument de poids à faire valoir à l’heure de la réélection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.