Mogherini à Tripoli pour des échanges sur la migration et la coopération

La cheffe de la diplomatie européenne, Fédérica Mogherini a rencontré samedi dernier à Tripoli, le chef du gouvernement d’union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, à l’occasion de sa «première visite en Libye», mise à profit pour évoquer les dossiers de la migration et de la coopération.

Federica Mogherini qui a inauguré à l’occasion de cette visite à Tripoli, les locaux de la délégation de l’UE et de la Mission d’assistance et de surveillance des frontières (EUBAM), a réaffirmé le soutien de l’UE au processus politique en Libye dans le cadre défini par l’ONU, y compris la préparation d’élections générales.

«De nouvelles initiatives ont été discutées dans le secteur de la santé, de l’éducation, des médias, de la jeunesse, du soutien aux municipalités, de la gouvernance et de la sécurité», précise un communiqué de l’UE.

Federica Mogherini a aussi discuté avec Sarraj «de la formation par l’UE des gardes-côtes libyens et de la coopération à travers l’EUBAM pour aider les autorités à gérer les frontières terrestres, particulièrement dans le sud», selon l’UE.

D’après le GNA, le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, les entretiens ont aussi porté sur l’aide de l’UE à la formation des garde-côtes libyens et à la sécurisation des frontières sud de la Libye.

L’Union européenne (UE) est le premier soutien humanitaire de la Libye, toujours plongée dans le chaos, sept ans après l’élimination physique de Mouammar Kadhafi par une coalition menée par la France, la Grande-Bretagne et les USA.

Avec l’ouverture des locaux de la délégation européenne dans la capitale libyenne, «notre présence ici sera désormais plus régulière», a déclaré Mme Mogherini devant des journalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.