Téhéran dément avoir livré des armes au Polisario

L’Iran a réfuté ce mercredi par la voix de son ministère des Affaires étrangères, les accusations du Maroc d’avoir facilité une livraison d’armes au Front Polisario, via le mouvement chiite libanais le Hezbollah.

La veille, Rabat a annoncé la rupture la veille, de ses relations diplomatiques avec Téhéran, assurant que l’Iran et son allié le Hezbollah auraient entraîné des combattants sahraouis et leur auraient fourni des armes.

Alors que le mouvement indépendantiste sahraoui est historiquement soutenu par l’Algérie, Rabat a affirmé détenir des «preuves irréfutables» qu’un «élément» (diplomate) à l’ambassade d’Iran à Alger avait facilité les contacts entre le Hezbollah et le Front Polisario.

«Le Maroc a des preuves irréfutables sur ce soutien militaire», a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, dans un communiqué publié mardi.

De son côté, le ministère des Affaires étrangères iranien, a démenti « fermement » ces accusations, assurant que la République islamique avait toujours eu comme ligne de conduite le «respect» de la «souveraineté et (la) sécurité» et «la non ingérence dans (leurs) affaires» des pays avec lesquels elle entretient des relations diplomatiques.

Mis en cause, le Hezbollah libanais, mouvement chiite armé et fidèle allié de l’Iran, a pour sa part rejeté dès mardi les accusations, et imputé la décision marocaine à des «pressions» des États-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite, trois pays hostiles à l’Iran.

De son côté, l’Arabie Saoudite principal rival du régime chiite iranien a affirmé se tenir au côté du Maroc. Dans un communiqué officiel, Ryad a condamné « fermement l’ingérence iranienne dans les affaires intérieures du Maroc via son instrument, la milice ‘terroriste’ du Hezbollah, qui entraîne les éléments du soi-disant groupe ‘Polisario’ en vue de déstabiliser la sécurité et la stabilité » du royaume chérifien.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont emboîté le pas à Ryad, pour exprimer leur solidarité avec le Maroc dans ses divergences diplomatiques avec l’Iran et dans son litige territorial avec le Polisario et son principal soutien l’Algérie.

Le Royaume du Maroc a également reçu un franc soutien de la Ligue des Etats Arabes et de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) dont fait partie la République islamique d’Iran.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.