Guinée équatoriale: Le président Obiang dénonce une «guerre» en préparation contre lui

Le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 38 ans, a appelé à la «vigilance» au motif qu’une «guerre» est en préparation contre son régime. Des propos tenus après l’arrestation d’une trentaine d’hommes armés à la frontière avec le Cameroun, soupçonnés d’appartenir à une «organisation terroristes» en vue du renversement du pouvoir de Malabo.

Selon les autorités, une partie du commando, composée d’Équato-Guinéens, de Tchadiens et de Camerounais, se serait retrouvée à Ebebiyin, une ville à la frontière camerounaise, à moins de 100 km de Mongomo où se trouvait alors le chef de l’État.

«On est en train d’organiser une guerre car ils disent que j’ai passé beaucoup de temps au pouvoir», a déclaré samedi le président équato-guinéen en appelant ses compatriotes à la «vigilance». «Je veux une transition heureuse, je ne veux pas la guerre», a également affirmé le président Obiang à cette occasion. «Je ne suis pas au pouvoir parce que je veux y être. Quand vous voulez, vous pouvez me dire: «Président, tu as déjà travaillé beaucoup, et je m’en irai », a-t-il dit.

La Guinée équatoriale a fermé mercredi dernier sa frontière avec le Cameroun et le Gabon, notamment le poste-frontière de Kye Ossi, là où ont eu lieu les arrestations. Des sources locales ont en outre indiqué que des renforts de l’armée équato-guinéenne ont été envoyés à la frontière avec le Cameroun.

Depuis son accession à la présidence en 1979 par un coup d’État, Teodoro Obiang Nguema, doyen des chefs d’État du continent pour la longévité au pouvoir, dirige son pays d’une main de fer. La liberté d’expression, notamment celle de l’opposition et de la société civile y est réduite.

Depuis les élections générales du 12 novembre durant lesquelles le pouvoir a obtenu 99 sièges sur 100 au Parlement, le parti d’opposition Citoyens pour l’innovation (CI) qui a obtenu le dernier siège, déplore des «dizaines» d’arrestations de ses militants, dans la capitale Malabo et aussi dans la capitale économique Bata. La dernière tentative de coup d’État mise en échec en Guinée équatoriale date de 2004 et avait été menée par Simon Mann, un mercenaire britannique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.