Kinshasa annule la visite du Pape en RDC

Les autorités de Kinshasa ont confirmé ce mercredi, l’annonce du souverain pontife, el Pape François de supprimer à leur demande, l’étape congolaise du programme de sa prochaine tournée mondiale.

Le porte-parole du gouvernement de la RDC, Lambert Mende a expliqué que l’annulation de la visite que le Pape devait effectuer entre juin et juillet prochain en RDC, est liée à la situation sécuritaire dans le pays.

« Ce sont les autorités congolaises qui ont estimé que la situation sécuritaire ne se prête pas tellement pour que cette visite ait lieu… Le président de la République a estimé qu’il faut attendre que la situation puisse évoluer », souligne Mende.

Dans le pays, on affirme que l’annulation de la visite du Souverain pontife est liée à l’instabilité politique, conséquence de la non-application de l’accord politique négocié sous la médiation des évêques catholiques entre le pouvoir et l’opposition.

Mendé qui trouve cette thèse « ridicule », a souligné qu’ »on a besoin du pape là où il y a des problèmes précisément ». Mais dans la réalité, la situation en République Démocratique du Congo est de plus en plus préoccupante depuis l’enlèvement de deux experts de l’ONU et de leurs accompagnateurs Congolais dans la province du Kasaï central (centre de la RDC).

Trois jours après leur enlèvement, « les recherches se poursuivent sur le terrain tant du côté des Nations unies que du gouvernement » pour retrouver les deux experts de l’ONU et les quatre Congolais, a déclaré lors d’une conférence de presse, Charles-Antoine Bambara, le directeur de l’information de la Monusco.

Confrontées à une situation sécuritaire volatile, les populations congolaises doivent aussi faire face à la hausse du prix de la farine de maïs, un aliment de base pour de nombreuses familles.

Une espèce d’insecte particulièrement vorace et résistante aux pesticides, serait en partie responsable de cette disette. Ces insectes auraient déjà fait leur apparition dans les rares cultures de maïs du Haut-Katanga.

L’opposant en exil Moïse Katumbi ex-gouverneur du Katanga dit avoir passé commande en Afrique du Sud de 100.000 tonnes de farine de maïs pour venir en aide à la population du Katanga, dans le sud-est du pays. Ces sacs seront vendus 8 dollars la pièce, a-t-il ajouté.

Il y a deux ans, le sac de 25 kg coûtait moins de 10 dollars. Aujourd’hui, celui-ci se négocie presque trois fois plus cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.