Reprise du dialogue entre le Malawi et la Tanzanie sur un contentieux frontalier

Le Malawi et la Tanzanie ont accepté de reprendre les négociations pour résoudre un vieux litige frontalier qui les oppose au sujet du lac Malawi, une zone potentiellement riche en pétrole, alors que la précédente médiation, menée en 2012, par l’ex-président du Mozambique, Joaquim Chissano n’avait pas permis de régler le différend.

Le conflit entre les deux pays dure depuis 50 ans et concerne le tracé de la frontière sur le lac de près de 30.000 km2 où chacun des deux pays, espère découvrir des réserves de pétrole et de gaz.

Mais après une audience qu’il a accordée au ministre tanzanien des Affaires Etrangères, Augustine Mahiga, dans la capitale Lilongwe, le président du Malawi, Peter Mutharika a annoncé mardi, que « des efforts de médiation vont être faits en vue de mettre fin au litige sur la frontière du lac Malawi ».

Le ministre tanzanien Mahiga a lui aussi confirmé que «nos deux pays ont accepté de réactiver un comité de médiateurs».

Dans ce conflit, les autorités malawites s’appuient sur un accord passé à l’époque coloniale en 1890, qui stipule que la frontière court le long de la rive tanzanienne, attribuant au Malawi toutes les eaux de cette partie du lac, quand la Tanzanie soutient que la frontière traverse le 3e plus grand lac d’Afrique.

Mahiga assure même que les Anglais et les Allemands, qui ont respectivement colonisé le Malawi et la Tanzanie « ont laissé différentes cartes qui montrent une frontière au milieu du lac ». « Ce n’est pas une nouvelle carte, c’est une carte du passé qui nécessite d’être clarifiée », a-t-il insisté.

Le conflit avait ressurgi en 2011 lorsque le Malawi avait attribué une licence de prospection de pétrole à la firme britannique Sunstream Petroleum, dans une zone proche de la Tanzanie, au nord-est du lac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.