Gambie: Les juges de la Cour suprême boudent le recours de Jammeh

Le président de la cour suprême Gambienne, Emmanuel Fagbenle a déclaré ce mardi, que la Cour est dans l’impossibilité de statuer sur le recours du chef de l’État, Yahya Jammeh contre sa défaite électorale face à l’opposant Adama Barrow avant plusieurs mois, faute de juges disponibles.

Lors d’une audience sur ce dossier, Fagbenle a précisé que le Nigeria et le Sierra Leone, deux pays africains dont les juges sont attendus pour statuer sur le contentieux électorale, ne disposent pas de magistrats pour remplir cette mission dans l’immédiat.

« Nous ne pourrons statuer que lorsque la Cour sera au complet », avec l’arrivée de ces juges dans les prochains mois, a affirmé Fagbenle.

En attendant, l’audience a été renvoyée au 16 janvier, pour « permettre aux parties au litige de le résoudre pacifiquement avant que la transition ne s’achève », le 19 janvier.

Le 13 décembre, le parti de M. Jammeh a saisi la Cour suprême d’une demande d’annulation de l’élection, arguant d’irrégularités dans la comptabilisation des votes et l’organisation du scrutin. Deux autres recours ont été déposés le 3 janvier.

Depuis son revirement, le président sortant Jammeh subit de nombreuses pressions extérieures, notamment de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), pour quitter le pouvoir le 19 janvier, après l’expiration de son mandat.

Une nouvelle mission de la Cédéao, comprenant le chef de l’Etat nigérian Muhammadu Buhari, son homologue libérienne Ellen Johnson Sirleaf – présidente en exercice de l’organisation – et l’ex-président ghanéen John Dramani Mahama, est attendu ce mercredi à Banjul.

Par ailleurs, selon un communiqué diffusé par les médias d’Etat, Lundi soir, Jammeh a mis fin aux fonctions de Sheriff Bojang, qui était depuis deux ans, ministre de l’Information et de la Communication, et l’a remplacé par un député, Seedy Njie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.