La Zambie fait appel à l’armée pour venir à bout d’une invasion de chenilles

Le gouvernement de la Zambie a fait appel à l’armée pour stoppe une invasion de chenilles légionnaires d’Afrique qui ravage les champs de maïs et menace la sécurité alimentaire dans le pays.

Les chenilles légionnaires d’Afrique constituent une forte menace pour les récoltes de maïs, dont dépend une grande partie de la population zambienne pour son alimentation.

La présence de ce type de chenilles, réputées pour leur voracité à toute épreuve, a été signalée dans quatre des dix provinces de la Zambie, toutes situées dans le centre du pays (Copperbelt, Luapula, Central et Lusaka).

Le porte-parole de la présidence zambienne, Amos Chanda a annoncé mercredi soir, dans un communiqué, que le président Edward Lungu a ordonné que « les produits chimiques qui ont été achetés dans l’urgence soient distribués dans tout le pays » afin d’éviter des récoltes désastreuses.

Selon Chanda, « l’armée de l’air a commencé à acheminer des insecticides » pour les répandre sur les champs des provinces envahies par les nuées de ces insectes dévastateurs.

« Dans le cas où on ne parviendrait pas à venir à bout des chenilles légionnaires d’Afrique, le président craint que la récolte 2016-2017 soit mauvaise », a-t-il précisé.

Lors d’une conférence de presse à Lusaka, le secrétaire permanent du ministère de l’Agriculture, Julius Shawa a précisé que « l’ensemble de ces quatre provinces n’est pas affecté, seulement certains districts »,

La Zambie, un pays d’Afrique australe, avait enregistré l’an dernier une récolte de maïs relativement bonne de 2,8 millions de tonnes, mais avec l’invasion des chenilles, la récolte de cette année risque d’être fortement compromise compte des faibles moyens de lutte dont dispose le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.