Un million de Soudanais menacés en l’absence de fonds pour la santé

Près d’un million de personnes qui vivent dans des zones de conflit au Soudan restent vulnérables à de probables épidémies, car, faute de financement des dizaines de centres médicaux soutenus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) risquent de fermer.

Onze cliniques ont déjà arrêté de fonctionner au Darfour et dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan-Sud et 49 autres centres médicaux dans ces régions risquent de disparaître.

Selon Naeema al-Gasseer, la représentante de l’OMS au Soudan, « environ un million de personnes pourraient en être affectées » e raison d’une probable « augmentation des risques d’épidémies ».

Quelques 323.000 femmes en âge de procréer et des enfants de moins de cinq ans n’auront plus accès à des soins médicaux.

L’OMS a besoin de quelque sept millions de dollars (6,7 millions d’euros) pour faire fonctionner l’année prochaine les cliniques qu’elle soutient, dont plus de la moitié se trouvent au Darfour.

Adil al-Mahi de Save the Children Suède, qui gère des centres de soins pour enfants dans des zones en conflit affirme que son ONG doit interrompre son soutien à 20 centres de santé au Kordofan-Sud, au détriment de quelque 200.000 habitants bénéficiaires.

En juillet, les Nations unies ont lancé un appel visant à collecter près d’un milliard de Dollars pour financer l’aide humanitaire au Soudan et ont réussi à en réunir 550 millions de Dollars.

Cette région du soudan est le théâtre d’un conflit sanglant depuis 2003 quand des insurgés issus de minorités ethniques ont pris les armes contre le pouvoir de Khartoum, aux mains de la majorité arabe. Ces affrontements auraient fait  au moins 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon les estimations de l’ONU.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.