Afrique du Sud : Recul en vue pour l’ANC aux municipales

anc-af-sud-municipalesDes résultats partiels des élections municipales organisées mercredi en Afrique du Sud, montraient ce jeudi, un recul du parti au pouvoir le Congrès national africain (ANC), tant au niveau national que dans plusieurs grandes métropoles.

Dans certaines grandes villes, la principale formation d’opposition pourrait gouverner grâce au jeu des coalitions.

Au niveau national, plus de 80% des bulletins avaient été dépouillés jeudi soir, l’ANC arrive en tête avec 53,6% des voix (contre 61,9% en 2011) devant les opposants de l’Alliance démocratique (DA) avec 27,4% (contre 24% en 2011).

Si la suprématie de l’ANC n’est pas menacée dans ce scrutin dans la plupart des agglomérations, ce parti dont issu le président Jacob Zuma, est cependant au coude à coude avec l’opposition dans trois grandes villes: la capitale Pretoria, la métropole la plus peuplée Johannesburg et la cité industrielle de Port Elizabeth, sur l’Océan Indien.

La perte d’une ou plusieurs de ces villes constituerait un revers historique pour le parti créé par Nelson Mandela, au pouvoir depuis les premières élections post apartheid en 1994.

«C’est la première fois que (l’ANC) va batailler pour obtenir une majorité absolue, ça devrait leur servir d’alerte», note Ralph Mathekga, un analyste politique indépendant.

Et l’ANC ne devrait pas réussir à conserver Nelson Mandela Bay, la métropole industrielle qui englobe Port Elizabeth (sud-est), où près de 90% des votes ont été comptabilisés et où, avec 49% des voix,  la DA est bien partie pour remporter le scrutin.

La formation d’opposition va aussi conserver avec une large majorité, la ville du Cap qu’elle détient déjà depuis 2006.

Sur l’ensemble du pays, la progression de la DA reste toutefois modérée par rapport aux municipales de 2011 et la perte de terrain de l’ANC s’explique aussi par la participation pour la première fois à un scrutin national, du nouveau parti des Combattants pour la liberté économique (EFF), crée en 2013 par le leader populiste, Julius Malema, un exclu de l’ANC. Le EFF avec ses bons scores à Johannesburg et Tshwane qui seraient supérieurs à 10%, devrait se faire entendre sur la scène politique en cas d’alliance.

Le scrutin de mercredi, où 26 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes, s’est déroulé sans incident majeur, selon la Commission électorale, et la compilation des résultats devrait s’achever vendredi matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.