Le FMI suspend son aide au Mozambique

Antoinette SayehLe Fonds monétaire international (FMI) a annoncé la suspension de son aide financière au Mozambique, exigeant de ce pays, une transparence totale et une évaluation des faits, après la découverte par le FMI, d’une dette d’un milliard de dollars que le gouvernement mozambicain lui avait dissimulé.

« Les emprunts non dévoilés dépassent un milliard de dollars et changent considérablement notre évaluation des perspectives macro-économiques du Mozambique », a indiqué dans un communiqué Antoinette Sayeh, la chef du département Afrique du FMI.

Autre conséquence de cette découverte du FMI, l’annulation de la mission de ses équipes qui devait se rendre cette semaine au Mozambique pour évaluer les comptes publics et donner leur feu vert au versement d’une nouvelle tranche de prêt.

Le Premier ministre mozambicain, Carlos Agostinho de Rosario, a aussitôt entamé ce mardi une visite de plusieurs jours aux Etats-Unis dans le but rencontrer la directrice du FMI, Christine Lagarde, et des responsables de la Banque mondiale.

Selon un communiqué du Premier ministre mozambicain, il doit évoquer dans sa visite à l’institution mondiale « le total de la dette contractée par les entreprises publiques, avec la garantie de l’Etat, qui n’apparaissent pas dans les statistiques et n’ont pas été rapportées au FMI ».

Fin 2015, le Fonds avait octroyé au Mozambique une ligne de crédit d’un montant total 282,9 millions de dollars, qui devait être versé par tranches successives en contrepartie de mesures d’économie.

La première tranche de 117,9 millions avait alors été débloquée dans l’immédiat par le FMI pour aider le pays à faire face à la chute des cours de ses matières premières qui a plombé ses recettes extérieures.

Le Mozambique est l’un des dix pays les plus pauvres au monde et un quart de son budget provient des bailleurs de fonds, selon le FMI qui avait déjà gelé en 2014, pendant six mois son aide financière au Mali, après la découverte d’«irrégularités» budgétaires, dont l’achat d’un nouvel avion présidentiel pour 40 millions de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.