L’OMS annonce la découverte d’un vaccin efficace contre Ebola

vsv-ebovL’Organisation Mondiale de la Santé « OMS », a annoncé qu’un vaccin contre le virus Ebola est actuellement à portée de main à l’échelle mondiale, précisant que les résultats préliminaires de l’essai clinique de phase III concernant l’efficacité du vaccin VSV-EBOV en Guinée, ont montré que ce vaccin est très efficace.

Des résultats préliminaires des analyses des données provisoires ont été publiés vendredi dans la revue britannique The Lancet. « C’est une avancée très prometteuse », a déclaré Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS.

« Un vaccin efficace sera une arme supplémentaire très importante dans la lutte contre l’actuelle flambée d’Ebola et les flambées futures », a-t-elle dit. Le vaccin avait été testé notamment aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et avait donné des résultats positifs.

Mais l’Organisation prévient en même temps que si, jusqu’à présent, le vaccin semble être efficace chez tous les sujets vaccinés, il faudra disposer de données plus concluantes pour savoir si le vaccin peut conférer une « immunité collective » à des populations entières.

Le Dr Marie-Paule Kieny, sous-directrice générale de l’OMS, a indiqué que l’essai va se poursuivre et être étendu aux enfants et adolescents, précisant que la méthode de vaccination « en ceinture » adoptée pour l’essai est basée sur la stratégie d’éradication de la variole.

L’hypothèse de base est qu’en vaccinant toutes les personnes qui ont été en contact avec un sujet infecté, on crée une « ceinture » de protection qui permet d’enrayer la propagation du virus.

L’essai du vaccin VSV-EBOV en Guinée a commencé dans les communautés touchées le 23 mars pour évaluer l’efficacité et l’innocuité d’une dose unique. Jusqu’ici, plus de 4000 contacts proches de près de 100 patients atteints de la maladie à virus Ebola, dont des membres de la famille, des voisins et des collègues, ont volontairement participé à l’essai.

Bertrand Draguez, directeur médical au sein de l’organisation « Médecins sans Frontières » (MSF), a recommandé que « compte tenu du niveau d’efficacité, tous les pays touchés devraient immédiatement commencer et multiplier les vaccinations en ceinture afin de briser les chaînes de transmission et de vacciner tous leurs intervenants en première ligne pour les protéger ».

L’essai est mis en œuvre par les autorités guinéennes, l’OMS, Médecins sans Frontières et l’Institut norvégien de santé publique, avec le soutien d’un large partenariat composé d’organisations internationales et nationales.

Un vaccin mis au point au Canada et testé également dans plusieurs pays.

Le vaccin VSV-EBOV a été mis au point par l’Agence de la santé publique du Canada, et a été donné sous licence à NewLink Genetics. Le 24 novembre 2014, Merck et NewLink Genetics ont conclu un accord de licence mondial et exclusif dans lequel Merck assume la responsabilité de la recherche, de la mise au point, de la fabrication et de la distribution du vaccin expérimental.

Le vaccin nommé VSV-ZEBOV contre le virus Ebola a été testé au début de l’année par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) avec des résultats très positifs. Le produit avait engendré une réponse immunitaire chez environ 150 volontaires à qui il a été injecté. Il a aussi été testé en Allemagne, au Canada, aux Etats-Unis et au Gabon.

L’essai en Guinée a été réalisé par un groupe d’experts du Canada, des Etats-Unis, de France, de Guinée, de Norvège, du Royaume-Uni, de Suisse et de l’OMS. L’équipe chargée de l’essai clinique comprend notamment des experts de l’Université de Berne, de l’Université de Floride, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, de Public Health England et des laboratoires mobiles européens.

Par ailleurs, un autre vaccin, développé par la firme britannique GSK avec l’Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), est testé depuis février au Libéria.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.