Sud-Soudan : L’ONU pessimiste sur un retour imminent de la paix

La mission des Nations Unies au Sud-Soudan (Minuss) a estimé mercredi que malgré la volonté des belligérants du conflit sud-soudanais de signer incessamment un accord de paix, les affrontements pourraient toujours se poursuivre sur le terrain. La directrice de la Minuss, Ellen Loej, a indiqué que les 150.000 soldats onusiens en mission dans le pays étaient en train de se redéployer afin de se concentrer dans les zones les plus touchées par le conflit, en l’occurrence le Nord.

loej
« Nous nous préparons à ce qui pourrait arriver s’il y avait un accord politique et si cet accord politique n’était pas entièrement cautionné par les chefs militaires et les commandants sur le terrain »,a déclaré la diplomate danoise nommée à la tête de la Minuss en juillet dernier.

Dans un compte rendu au Conseil de sécurité de l’ONU, Mme Loej a exhorté la communauté internationale à faire davantage pression sur le président Salva Kiir et son rival, le chef rebelle Riek Machar, afin qu’ils mettent un terme au conflit. Les deux hommes s’affrontent depuis 10 mois dans une guerre fratricide qui a fait des milliers de victimes et plongé le pays dans une situation humanitaire désastreuse.

Mercredi dernier, plusieurs délégations de pays est-africains se sont rendues à Juba, afin de pousser MM.Kiir et Machar à enterrer la hache de guerre. En début de semaine, les deux rivaux avaient reconnu, lors d’un tête-à-tête à Arusha (Tanzanie), leur responsabilité commune dans le conflit qui ravage leur pays. Mais cela ne rassure guère Mme Loej qui estime qu’un accord entre les deux dirigeants sud-soudanais ne suffirait pas à faire taire les armes. Pour elle, même après la signature d’un accord de paix, il faudra « un énorme travail de réconciliation sur le terrain  pour mettre fin à la guerre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.